Condamnés aux travaux forcés à perpétuité : Leurs parents se révoltent

justiceLes travaux forcés à perpétuité, c’est la peine prononcée hier par la Chambre Criminelle du Tribunal de Grande Instance de Thiès contre les accusés Alpha Sow qui se dit charretier de profession et Ibrahima Sow alias Ibou Laye marchand ambulant, âgés respectivement de 26 et 20 ans et domiciliés au village de Keur Bara Peul. Ils étaient attraits à la barre pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage d’arme et de violences et de coups et blessures volontaires. Cette sentence n’a pas été du goût des parents venus assister à l’audience. Ils ont exprimé leur colère dans la cour, puis devant le Tribunal de Grande Instance, allant jusqu’à vouloir empêcher le véhicule de transport des détenus de ramener les accusés à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Thiès. Il a fallu l’arrivée des renforts de policiers pour libérer la chaussée qui était prise d’assaut et déguerpir tous les badauds, qui étaient massés devant le portail du Temple de Thémis.
Les faits qui leur sont reprochés remontent au 29 juin 2016. Ce jour-là, le nommé Idrissa Sylla se présentait au commissariat central de Thiès pour déclarer avoir été victime d’un cambriolage dans sa boutique se trouvant en face de la pharmacie Mame Diarra et qui aurait été commis par des hommes armés qui ont emporté une somme de 650.000frs, 15 cartes de recharge de crédit téléphonique ainsi que deux téléphones portables dont l’un renfermait du crédit izi soit au total environ 872.000 Fcfa. Un téléphone de marque Nokia appartenant à l’un des malfaiteurs a été retrouvé sur les lieux. Ils ont aussi cambriolé une boutique d’un certain Mouhamadou Diop qui se trouvait à Nguinth. C’est justement le téléphone de marque Nokya supposé appartenir à l’un des accusés, en l’occurrence Ibou Laye, qui a permis aux enquêteurs d’alpaguer au total 7 personnes dont Sidy Sow, aujourd’hui décédé. C’est à partir du répertoire du téléphone portable que les enquêteurs ont identifié un numéro appartenant à une certaine Aminata. Jointe par les enquêteurs, elle fait une description précise du propriétaire du numéro de téléphone et c’est ce détail qui a permis de mettre la main sur Ibou Laye. C’est à la suite de son arrestation que tout le reste de bande sera cravatée. Ibou Laye a contesté les faits. Pour son avocat Me Sène, si ce dernier était un voleur professionnel et intelligeant, jamais il ne mettrait son téléphone dans ses poches au moment d’une série de vol. Pour sa part Alpha Sow a soutenu mordicus qu’il n’a pas participé à la série de cambriolages et rejeté les accusations de Mamadou Diop, qui a affirmé l’avoir reconnu à travers son port vestimentaire. Là où le Procureur avait requis 10 ans de travaux forcés, la Chambre Criminelle les a finalement reconnus coupables des faits et condamnés aux travaux forcés à perpétuité.

(Source : L’As)

Repondre

In the Spotlight

Le destin tragique des enfants de Senghor

by sunukeradmin in Histoire 0

Le fils ainé du Président Senghor est encore en vie. Il résiderait à Paris après des études d’Arts cinématographiques effectués dans une université américaine. Francis-Arfang Senghor né le 20 juillet 1947 du premier mariage du [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*